Outre la vitesse au volant, problème que le constructeur entend combattre en bridant ses voitures, la conduite sous l’emprise de l’alcool et la distraction sont deux autres sujets de préoccupation majeurs pour la sécurité routière. Ces trois points constituent les principaux obstacles entravant la vision de Volvo Cars d’un avenir sans accident mortel. Ils impliquent également que le travail du constructeur en matière de sécurité se concentre sur le comportement humain.

Les chiffres de la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration) montrent par exemple que 30 % des décès causés par des accidents de la route enregistrés aux États-Unis en 2017 étaient liés à la conduite sous l’emprise de l’alcool.

Volvo Cars estime que la conduite sous l’emprise de l’alcool et la distraction au volant nécessitent l’installation de caméras et d’autres capteurs embarqués afin de surveiller le comportement du conducteur. Il s’agit de permettre à la voiture d’intervenir si un conducteur visiblement distrait ou alcoolisé ne réagit pas aux signaux d’alarme, et risque un accident grave ou mortel.

Cette intervention pourrait consister à limiter la vitesse de la voiture, à alerter le service d’assistance Volvo on Call et, en dernier recours, à faire ralentir et stationner la voiture en toute sécurité.

« En matière de sécurité, notre objectif est d’éviter les accidents, et non de limiter leur impact lorsqu’ils sont imminents et inévitables », indique Henrik Green, Senior Vice President Research & Development de Volvo Cars. « Dans le cas présent, les caméras surveilleront les comportements susceptibles d’entraîner des accidents graves ou mortels. »

Ces comportements peuvent prendre plusieurs formes : absence totale d’intervention sur le volant pendant des périodes prolongées, conducteur fermant les yeux ou détournant son regard de la route pendant trop longtemps, changements de voies intempestifs, ou temps de réaction trop longs.

Comme indiqué plus haut, un tel système de surveillance du conducteur constitue un élément important pour permettre à la voiture de prendre des décisions afin d’éviter des accidents graves ou mortels.

« De nombreux accidents sont dus à la conduite sous l’emprise de l’alcool », indique Trent Victor, professeur en comportement des conducteurs chez Volvo Cars. « Certaines personnes pensent encore qu’elles sont capables de conduire en ayant bu et que cela n’affectera pas leurs facultés. Nous voulons nous assurer que les gens ne se mettent pas en danger à cause de l’alcool. »

L’installation de caméras à bord de tous les modèles Volvo débutera sur la future génération de la plateforme évolutive SPA2, au début des années 2020. Les détails concernant le nombre exact de caméras et leur emplacement dans l’habitacle seront fournis ultérieurement.

L’annonce d’aujourd’hui doit être considérée sur le même plan que la limitation de la vitesse maximale de toutes les voitures à 180 km/h voulue par le constructeur à compter de l’année modèle 2021, laquelle vise à envoyer un message fort sur les dangers de la vitesse au volant.

Volvo Cars souhaite engager un dialogue concernant le droit, voire l’obligation, pour les constructeurs automobiles d’installer des technologies modifiant le comportement des conducteurs. La limitation de la vitesse et l’installation de caméras embarquées illustrent la façon dont les constructeurs peuvent contribuer activement à l’objectif d’éliminer les accidents mortels sur les routes en contribuant à l’amélioration du comportement des conducteurs.

Communiqué de presse de Volvo Car Belux