Ultimate Ads Manager

Un tram rapide pour le corridor A4 à l’horizon 2035.

En date du 11 juin 2018, Mr François Bausch, Ministre du Développement durable et des Infrastructures a présenté le projet « Séieren Tram » pour la création d’un tram rapide pour le corridor A4 à l’horizon 2035. Le principal atout de ce projet est sans conteste sa flexibilité et son insertion dans les agglomérations urbaines.

 

Comme l’a expliqué le Ministre, « le projet s’inscrit dans la logique du concept de mobilité Modu 2.0 qui passe d’une logique de rattrapage à une logique d’anticipation ». Afin de déterminer comment desservir au mieux cet axe, plusieurs questions se sont posées, notamment quelle est la demande sur l’axe ? et ensuite, quel système se prête le mieux afin de satisfaire cette demande ? C’est le bureau d’études franco-allemand, TTK, spécialisé dans la planification des transports, qui a été mandaté pour réaliser cette analyse.

 

TTK a vite constaté que le corridor « Luxembourg-Esch-sur-Alzette » dispose d’une offre de bus importante, d’une liaison ferroviaire qui fait un détour et d’une faible desserte d’une partie du territoire présentant un développement accru. Suivant le calcul des habitants et emplois à l’horizon 2035, la demande en mobilité augmentera de 55% dont environ 20.000 déplacements par jour devront être reportés sur le bus, une multiplication par 4 par rapport à 2018.

 

Au vu des objectifs à atteindre d’ici 2035, le tram rapide est apparu comme la meilleure des solutions car il tient compte de tous les besoins sur le trajet : vitesse 100 km/h, circulation sur le réseau tram classique, même aspect extérieur et possibilité de places assises ainsi que de places debout, et ce à un coût moyen. Ce tram permettrait de relier directement les principales destinations de la Ville de Luxembourg (Gare, Kirchberg) avec les quartiers en pleine expansion de Schifflange, Foetz, Esch-sur-Alzette et Belval, à moindres coûts d’exploitation, mais avec des capacités et temps de parcours adaptés.

Le projet sera présenté aux communes impliquées, puis intégré dans la liste des projets d’infrastructure déposée chaque juillet au Parlement. La décision finale devra être prise par le prochain gouvernement, auquel il appartiendra de lancer les études techniques. Pour moi, ce projet est indispensable ; il s’intègre parfaitement dans une approche organisée et harmonieuse de l’aménagement du territoire” a conclu le ministre.

 

 

See more posts