Grâce à des marchés européens mieux orientés et aux succès des nouveaux modèles, les immatriculations du groupe Renault progressent de 5,1 % au premier trimestre 2014. Le chiffre d’affaires, négativement impacté par la dévaluation des devises de nombreux pays émergents, demeure stable.

• Hausse des immatriculations de 5,1 % par rapport au premier trimestre 2013, à 636 239 unités.
• Gain de parts de marché de 0,8 point en Europe.
• Chiffre d’affaires du groupe Renault de 8 257 millions d’euros au premier trimestre 2014, stable par rapport à la même période en 2013.
• Chiffre d’affaires de l’Automobile stable à 7 727 millions d’euros.
Résultats commerciaux : faits marquants du premier trimestre 2014

Dans un marché automobile mondial en hausse de 4,7 %, les immatriculations du groupe Renault augmentent de 5,1 % à 636 239 unités.
En Europe, le Groupe progresse de 17,7 %, dans un marché en croissance de 8,2 %; Clio, Captur, et Sandero y confirment leur succès commercial.
Hors d’Europe, dans un contexte de baisse de ses principaux marchés internationaux, les immatriculations du Groupe baissent de 7,9 % et représentent 43 % des ventes totales (contre 49 % au premier trimestre 2013).
Au niveau mondial, Duster demeure le véhicule le plus vendu du Groupe avec 97 280 unités vendues.

• En Europe : dans un marché en croissance de 8,2 %, notamment tiré par la reprise des pays d’Europe du sud, le Groupe accroit ses immatriculations de 17,7 % et atteint une part du marché véhicules particuliers (VP) et véhicules utilitaires (VU) de 9,7 %, en hausse de 0,8 point. Les hausses les plus fortes sont enregistrées en France (+ 8,2 %), en Italie (+ 37,4 %), en Espagne (+ 21,4 %) ; et au Royaume-Uni (+100,1 %. Dans ce dernier pays, le succès des nouveaux modèles Renault ainsi que la réussite de la marque Dacia qui enregistre la plus forte progression du marché, expliquent le doublement des immatriculations du Groupe.
La marque Renault occupe la troisième position du marché (VP et VU) avec une pénétration de 7,2 %, en hausse de 0,1 point, et demeure leader en véhicules utilitaires avec 13,7 % de part de marché.
La marque Dacia a connu la plus forte progression du marché avec une croissance de 46,1 % et affiche une part de marché de 2,5 % (+ 0,7 point) grâce notamment à la forte dynamique en Grande Bretagne.
Les trois véhicules les plus vendus du Groupe en Europe sont Clio avec près de 76 000 véhicules, Captur avec 41 500 unités, Sandero avec 39 000 unités. Avec le succès de ces produits, le Groupe conforte sa première place sur le segment B en Europe.
En France sur le segment des ventes aux particuliers, le Groupe enregistre la plus forte progression des constructeurs avec un volume d’immatriculations en hausse de 11,9 %. Cinq véhicules du Groupe se retrouvent dans le top 10 des véhicules les plus vendus en France avec Clio en tête du marché et Captur à la troisième place.

• Dans la Région Amériques, les ventes du Groupe sont en progression de 8,9 % dans des marchés en baisse de 3,5 %. Au Brésil, les immatriculations augmentent de 21,8 % dans un marché en baisse de 1,8 %. Le Groupe retrouve, après les perturbations liées à la fermeture de l’usine de Curitiba début 2013, une part de marché de 6,7 %, en hausse de 1,3 point. En Argentine, les immatriculations baissent de 7,7 % sur un marché en recul de 13,0 %. La part de marché atteint 15,1 % (+ 0,9 point).

• Dans la Région Eurasie, les ventes baissent de 1,0 % sur des marchés qui reculent de 2,0 %. En Russie, le Groupe maintient sa part de marché à 7,7 % avec des immatriculations en baisse de 3,7 %. La marque Renault reste la seconde marque du pays derrière Lada.

• Dans la région Euromed-Afrique, les immatriculations reculent de 14,9 % sur des marchés en baisse de 10,8 %. Après des années de très fortes hausses, le marché Algérien connait une phase de repli et baisse de 28,3 % sur le trimestre. Suite à la très forte activité en fin d’année dernière, les immatriculations du Groupe qui reste leader dans le pays avec une part de marché de 23 % (-2 points), sont en baisse de 34,5 %.
La Turquie enregistre des ventes en baisse de 18,1 % sur un marché qui recule de 24,5 %. La part de marché du Groupe atteint 18,7 %, en hausse de 1,4 point.

• Dans la Région Asie-Pacifique, les immatriculations du Groupe baissent de 30,0 % notamment en raison de la situation en Iran (- 12,6 % hors Iran) et la baisse du marché indien. En Corée du Sud, Renault Samsung Motors a enregistré des volumes en hausse de 16,9 % avec une part de marché à 4,0 %, en hausse de 0,4 point.
Chiffre d’affaires du trimestre par secteur opérationnel
Au premier trimestre 2014, le chiffre d’affaires du Groupe atteint 8 257 millions d’euros, stable par rapport à la même période de l’année dernière (+5,1 % % hors effet de change à structure identique).
Le chiffre d’affaires de l’Automobile s’établit à 7 727 millions d’euros (-0,1 % %).
La baisse des principales devises des pays émergents face à l’euro (Peso argentin, Rouble russe,….) a un impact défavorable de 5,3 points compensé partiellement par un effet prix de +1,3 points.
La hausse des activités pour les partenaires (vente de véhicules et d’organes mécaniques) contribue positivement pour 3,1 points.
Le Financement des ventes (RCI Banque) réalise un chiffre d’affaires de 530 millions d’euros, un niveau stable (+0,2 %) par rapport à 2013.
En liaison avec la dynamique commerciale du groupe Renault en Europe, le nombre de nouveaux contrats de financement augmente de 9,8 %, et s’établit à 280 455. L’encours productif moyen progresse, malgré un effet change négatif notamment sur la Région Amériques, de 2,3 % à 24,7 milliards d’euros.

Perspectives 2014
Au premier trimestre, le Groupe constate une évolution de ses principaux marchés contrastée. Alors que les principaux marchés émergents ralentissent et que leur visibilité se détériore, la reprise du marché européen semble plus forte qu’escomptée. Dans cet environnement incertain, le Groupe prévoit des marchés russe et brésilien stables voire en légère baisse. Le marché européen devrait cependant progresser de 2 à 3 % en 2014.
Dans ce contexte, Renault vise à:
• augmenter les immatriculations et le chiffre d’affaires du Groupe (à taux de change constants),
• améliorer la marge opérationnelle en valeur du Groupe et de l’Automobile,
• générer un free cash-flow opérationnel de l’Automobile positif.

ca renault