“La position de la ville est de soutenir en priorité les moyens dans lesquels elle a investi. Je le comprends même si regrette de ne pas avoir eu l’occasion de rencontrer personnellement les responsables en charge de la mobilité à la ville pour mettre en avant la complémentarité des solutions et de discuter de l’éventualité de réaliser un partenariat “gagnant-gagnant”.

 

Aujourd’hui, compte tenu de la position exprimée par la ville, il aurait était irrespectueux de ne pas tenir compte de la décision du conseil échevinal et économiquement dangereux de poursuivre l’aventure car la ville aurait tout simplement pu interdire le service du jour au lendemain.

 

J’ai donc préféré en rester là.”