Philippe Mersch, quels sont les points marquants de l’Autofestival 2021 ?

Tout d’abord, la marque « Autofestival » reste le premier indicateur économique du secteur au Luxembourg. L’Autofestival est aussi la meilleure période de l’année pour acheter un nouveau véhicule. La branche reste un moteur actif et efficace de l’économie luxembourgeoise, et demande à être soutenue en ces mois difficiles. C’est donc pour nous un moment de vérité.

Quelles en sont les grandes tendances ?

2021 est l’année du choix automobile, notamment en matière de mobilité individuelle, qui est aujourd’hui plébiscitée. C’est la bonne nouvelle pour l’Autofestival. Cette édition offrira aussi une grande variété de nouveaux modèles de motorisation (thermique et électrifiée), de connectivité ou encore de formes de carrosserie.

L’achat de véhicules hybrides et électriques se poursuivra, et ce grâce principalement aux primes d’État. Celles-ci doivent donc être prolongées au-delà du 31 mars prochain.

2021, est aussi l’année de la responsabilité collective et des mesures sanitaires. La FEDAMO a donc décidé d’étendre la période de l’Autofestival à 15 jours, et s’engage à appliquer une stricte charte de recommandations sanitaires.

La pandémie nous a permis de nous remettre en question, de nous poser les bonnes questions, et d’investir dans des processus de digitalisation, pour mieux servir nos clients.

Nous observons aussi une percée de la digitalisation des services « ventes » dans les concessions ; ce qui se traduit par une efficacité et une transparence accrues dans la prise de contact et dans le suivi des clients.

Plus que jamais, ces derniers peuvent faire confiance à leur concessionnaire ; celui-ci a en effet massivement investi dans la formation continue de son personnel de vente, afin d’offrir un accompagnement compétent et objectif.

Dans quel état d’esprit la FEDAMO aborde cette édition très spéciale ?

Il y a encore deux semaines, nous ne savions pas si l’Autofestival allait se tenir. Maintenant qu’il démarre, nous sommes raisonnablement optimistes. Cette édition se concentrera sur l’essentiel, à savoir proposer des offres, recevoir les clients, et répondre à leurs questions et besoins, et bien évidemment leur vendre un véhicule. Cependant, nous n’avons pas de solutions miracles pour retrouver une situation de marché normale et les chiffres de ventes des dernières années. La FEDAMO investit toutefois les mêmes budgets de communication qu’auparavant, voire même plus.

La pandémie nous a permis de nous remettre en question, de nous poser les bonnes questions, et d’investir dans des processus de digitalisation, pour mieux servir nos clients. A terme, ces choix s’avèreront payants.

CHIFFRE – 24.000 euros

C’est le budget moyen hors taxe alloué en 2020 par les clients, à l’achat d’un véhicule neuf au Luxembourg.