Tableau veidig new

LM : Pouvez-vous nous parler de votre vision de la gestion d’un parc automobile ?

MV : Je gère le parc automobile de Munhowen S.A. depuis 2007, mais également d’autres nombreuses tâches administratives. Au niveau de la gestion de la flotte, la charge de travail varie en fonction des périodes de remplacement des véhicules. Nous trouvons plus simple de gérer les véhicules en interne et d’utiliser le leasing opérationnel pour l’entretien, les révisions ou encore les pneumatiques. Dans notre société, nous responsabilisons les conducteurs pour que chacun soit garant de son véhicule, des entretiens et du lieu de gardiennage de ses pneus par exemple mais certaines données sont gérées par nous comme le suivi de la consommation.

LM : Quelles sont les difficultés majeures que vous rencontrez dans le cadre de votre fonction de gestionnaire de parc automobile ?

MV : Je n’ai pas encore rencontré de grandes difficultés. Le souci que nous pouvons percevoir c’est lors des choix de véhicules. Il ne faut pas oublier que la voiture de société est, en plus d’un outil de travail, un avantage en nature. De ce fait, certaines personnes peuvent se montrer exigeantes. Ma fonction est facilitée par les bonnes collaborations que nous avons avec nos fournisseurs. En effet, les loueurs, les constructeurs et les services après-vente sont très réactifs. Par exemple, pour les utilitaires, nous travaillons essentiellement avec Renault qui se trouve à Esch-sur-Alzette. Les personnes de cette concession nous offre un service exceptionnel et nous permettent de ne jamais immobiliser d’utilitaires, qui serait une gêne pour nous au vu de notre activité, grâce à la mise à disposition de véhicules.

LM : Disposez-vous d’une méthode d’approche afin d’analyser le coût de votre parc ?

MV : Nous avons des outils en interne pour suivre et sensibiliser le conducteur. En cas de dérapage de l’un d’eux, nous intervenons. Toutes les informations concernant les véhicules sont réunies au même endroit ce qui facilite la gestion et le suivi du parc.

LM : Devez-vous aborder différemment la gestion du parc « voitures particulières » de celui des véhicules utilitaires ?

MV : Il n’y a pas de gestion séparée pour les deux types de véhicules. Les représentants de la Direction et les Délégués Commerciaux sont les personnes ayant droit à une voiture de fonction qu’ils peuvent utiliser dans leur vie privée. Tous les utilitaires doivent rester à l’entreprise le soir excepté pour les personnes qui ont une permanence le week-end et qui sont alors autorisés à l’utiliser.

LM : Si vous aviez des conseils à transmettre aux gestionnaires de parc, quels seraient-ils ?

MV : Tout d’abord, il est indispensable d’avoir une bonne relation avec les acteurs du marché. Il faut également rendre le conducteur autonome et mettre une Car Policy en place afin de les responsabiliser. Nous aimons utiliser dans la nôtre le terme « bon père de famille ».

LM : Une conclusion ?

MV : En tant que responsable de parc, je suis toujours très content d’avoir un support comme le vôtre pour être informé et pour les conseils que vous y prodiguez. Votre mission est bénéfique pour nous.