L’ACEA conteste les conclusions et la représentativité de ces tests. Les véhicules, BMW X5, Volvo XC60 et Mitsubishi Outlander, ont été testés sur 3 cycles de respectivement 92 km, 100 km et 100 km et en mode de charge (battery charge mode), donc avec des batteries vides au départ. Dans ce cas, le moteur doit propulser le véhicule et en plus charger la batterie. 

Guido Savi, FEBIAC Luxembourg, précise que l’autonomie en mode purement électrique est en moyenne de 50 km pour la plupart des plug-in hybrides. De quoi rouler sans émissions dans les villes et même effectuer le trajet domicile/lieu de travail en mode électrique. Le conducteur européen parcourt en moyenne moins de 50 kilomètres par jour. 

Les plug-in hybrides permettent également de partir en vacances sans s’inquiéter de la disponibilité de bornes de charge. 

Le niveau réel des émissions de CO2 dépend de l’utilisation des véhicules. Si les batteries sont chargées avant le démarrage, les plug-in hybrides scorent très bien. L’analyse de données démontrent que les conducteurs de véhicules plug-in hybrides chargent leur véhicule très régulièrement et qu’ils utilisent efficacement la conduite en mode électrique. 

Les plug-in hybrides constituent une véritable transition vers la mobilité à zéro émission, une porte d’entrée vers l’électrification du parc automobile. 

Les constructeurs automobiles proposent actuellement plus de 85 modèles plug-in hybrides et plus de 35 nouveaux modèles sont prévus entre 2021 et 2023.