Prochainement, Claude Turmes va dévoiler une réforme du régime d’aide pour les entreprises : « Nous souhaitons les aider à mettre en place les infrastructures dans leur cave ou leur garage. »

Un avantage fiscal « budget mobilité »

Paul Matzet, chargé des relations publiques au ministère de l’Énergie développe les futurs changements : « La réglementation actuelle en matière de taxation des véhicules de fonction (40% de tous les véhicules neufs vendus au Luxembourg) offre des avantages tant pour les employeurs que pour les employés, les incitant ainsi à acheter, respectivement utiliser, ce genre de véhicules. Depuis le 1er janvier 2017, l’avantage en nature de l’employé est calculé en fonction des émissions de carbone par km, l’incitant ainsi à opter pour des véhicules à plus faibles émissions.

L’accord de coalition prévoit une nouvelle révision de l’avantage en nature des véhicules de fonction, afin de promouvoir l’électromobilité.

De plus, les employés qui optent pour un moyen de transport autre que la voiture ne devraient plus être pénalisés. On envisage d’introduire un avantage fiscal « budget mobilité » équivalant à celui des véhicules de fonction. Cela permettra aux employés d’accéder plus facilement aux services de mobilité des transports publics, à la mobilité active ou aux services de covoiturage (carsharing). »

Le développement de l’hydrogène

Lors de la conférence de presse, le ministre a aussi évoqué le sujet de l’hydrogène. Actuellement, cette solution réunit un groupe de travail (ministère, Fedil, université et exploitants). Selon lui, le problème de ce carburant, c’est qu’il reste « trois fois plus gourmand en énergie renouvelable que l’électrique ». Il y aura une réflexion au niveau européen pour établir une stratégie commune.