Peter de Saegher (PSA) a ouvert les présentations en donnant la vision du 2e constructeur automobile en Europe qui regroupe les marques Citroën, DS, Peugeot, Opel et Vauxhall. « Le choix de la technologie ne nous appartient plus », a souligné M. de Saegher. Elle est entre les mains des pouvoirs publics, et notamment entre celles de la Commission Européenne. La norme CAFE impose à tous les constructeurs de proposer des véhicules qui n’émettent pas plus de 95 g de CO2 / km, faute de quoi ils devront verser des pénalités s’élevant à 95 euros par g de CO2 en trop et par véhicule vendu en Europe. Et ce n’est qu’une première étape qui se poursuivra du 1er janvier au 31 décembre 2020. Pour répondre à ces exigences, PSA développe une version hybride ou full électrique pour chacun de ses modèles, avec pour objectif d’électrifier l’ensemble de sa gamme à l’horizon 2025, ce qui représente un investissement total de 730 millions d’euros. « Le prix d’une batterie est, à l’heure actuelle, encore plus élevé que celui d’un moteur à combustion thermique, mais il devrait le rejoindre d’ici 2023, selon l’agence Bloomberg », a-t-il ajouté.

Bart Massin (Stroohm) a ensuite pris la parole pour parler des mythes, réalités, usages et opportunités liés à la mobilité électrique. Il a mis en avant plusieurs chiffres instructifs, entre autres : plus de 250 villes en Europe ont introduit des seuils de limitation des émissions de CO2 sur leur territoire, plus de 200 nouvelles marques, la plupart chinoises, produiront bientôt des véhicules électriques à côté des grandes marques traditionnelles et, enfin, en 3 ans, les voitures électriques sont passées d’une autonomie moyenne de 100 à 300 km. Le fait est que les usagers suivent cette tendance : les particuliers parce qu’ils apprécient le confort que les voitures électriques leur apportent, le fait qu’elles leur coûtent moins au km, le fait d’utiliser les nouvelles technologies et, enfin, le fait qu’elles polluent moins ; les entreprises pour des motifs liés à la rentabilité, à l’image de marque et aux ressources humaines (proposer des véhicules électriques à leurs employés permet aux entreprises d’attirer des profils attirés par les nouvelles technologies, sensibles à l’innovation et prompts au changement).

Conférence Start Electric organisée par LeasePlan et Enovos le Jeudi 12 Septembre 2019

Bart Massin a également appris aux participants qu’une batterie lithium-ion est composée de nickel (80 %), cobalt (15 %), aluminium (5 %) et d’une portion infime de lithium contrairement à ce que son nom indique. Le cobalt, produit à 60 % au Congo, sert à augmenter la densité d’une batterie. Si son utilisation suscite aujourd’hui encore quelques polémiques, des efforts sont faits par les constructeurs pour avoir recours à du cobalt extrait de manière plus responsable, pour limiter son apport (Tesla l’a réduit de 70 %) ou pour le supprimer complètement.

Octavian Chelu (Frost & Sullivan) a rappelé qu’il fallait trouver des alternatives au nombre croissant de véhicules en circulation. Parmi les tendances qui vont impacter la mobilité dans les années à venir : digitalisation, drones, nouveaux business models tels que la mobility as a service ou le Netflix for cars. La voiture de demain sera perçue comme une plateforme connectée. Selon Frost & Sullivan, la mobilité électrique devrait connaître une croissance de 35 % entre 2017 et 2025.

Conférence Start Electric organisée par LeasePlan et Enovos le Jeudi 12 Septembre 2019

Olivier Debuquoy (LeasePlan) a présenté les résultats du Car Cost Index, étude menée par LeasePlan dans 18 pays européens qui vise à comparer le TCO (coût total de possession qui reprend l’amortissement, le carburant, les taxes, assurances et frais d’entretien) des véhicules diesel, essence et électriques. Résultat : le TCO des voitures électriques est en baisse dans toute l’Europe en 2019 et dans certains pays du nord, comme la Norvège ou les Pays-Bas, il s’aligne sur celui des voitures thermiques. Il a ensuite cité un exemple de bonne pratique, celle d’un client international, gestionnaire d’une flotte de 4 000 véhicules, qui a bénéficié de l’expertise de LeasePlan pour la transition d’une car policy basée sur le loyer à une car policy basée sur le TCO.

Enfin, Joel Cardoso (Encevo) a clôturé les discussions en expliquant comment le groupe a électrifié sa flotte et quels bénéfices l’entreprise et ses collaborateurs en ont tiré. Sur 101 véhicules, 22 sont électriques et 45 hybrides à ce jour. L’objectif étant d’atteindre 75 % de voitures électriques d’ici 2020. Ceci a permis à l’entreprise de passer de 132 g/km de CO2 en 2015 à 74 g/km en 2019, de baisser ses coûts et d’améliorer son image de marque. Les utilisateurs sont unanimement convaincus par les véhicules électriques et ne souhaitent pas revenir à une voiture classique. Ils adoptent en outre un comportement plus responsable en conduisant car ils sont attentifs à leur consommation.

Communiqué de presse de LeasePlan Luxembourg