Le parti écologiste (DG) et un Parti pirate (PP), nouveau venu sur la scène politique, sont les seuls vainqueurs du scrutin législatif. Le premier passe de 6 à 9 sièges à la chambre des députés (qui en compte 60), le second décroche ses deux premiers élus. La droite populiste (ADR) progresse peu (4 sièges au lieu de 3) après une campagne sur les thèmes de l’identité et de la défense de la langue luxembourgeoises.

 

 

Suite à cette élection, il y a plusieurs possibilités pour la formation d’une majorité. D’abord la reconduction de la coalition sortante, dirigée par le libéral Xavier Bettel et associant à son parti libéral les socialistes et les écologistes. La formation de M. Bettel a perdu 1 siège et en compte désormais 12, les socialistes n’en totalisent plus que 10 (-3). Compte de la progression des Verts, l’équipe sortante conserverait toutefois une courte majorité (31 députés sur 60).

 

Une deuxième option

L’autre alternative serait une alliance du Parti populaire chrétien social (CSV) avec les libéraux, ou les socialistes. Le CSV, emmené par l’ancien ministre Claude Wiseler, reste la première formation du pays mais n’a pas enregistré le score qu’annonçaient les sondages. Au contraire, il perd 5 % et 2 sièges (21). Une coalition avec les libéraux serait, pour lui, un peu plus confortable – elle disposerait de 33 sièges – tandis qu’un accord avec les socialistes, les vrais perdants de l’élection, ne lui en offrirait que 31.

Il reste à voir si les chrétiens sociaux ont digéré ce qu’ils appellent toujours la « trahison » de ces deux partis en 2013. Ils auraient, cette fois, préféré pouvoir s’allier aux écologistes mais, ensemble, ils ne disposent pas d’une majorité suffisante. Les Verts restent pourtant les arbitres de l’après-élection et sont, en définitive, les seuls gagnants de la majorité sortante. L’action de leurs deux ministres, François Bausch, chargé du Développement durable et des Infrastructures, et Carole Dieschbourg, qui avait le portefeuille de l’Environnement, a été jugée positivement par les électeurs. Ils ont notamment améliorer la mobilité, avec la création d’un réseau de tramway à Luxembourg Ville, 1,6 milliard débloqué pour le réseau ferré et près de 20 millions d’euros pour des pistes cyclables. Le pays s’est aussi doté d’un vaste ensemble de bornes électriques.

 

 

Au Grand-Duc d’entrer en scène

Conformément à la tradition du pays, le chef de l’Etat, la Grand-Duc Henri, devait recevoir lundi le premier ministre sortant, puis les présidents de la Chambre des députés et du Conseil d’Etat. Après avoir également rencontré les présidents des différents partis, il devrait nommer un « informateur » ou un « formateur » du nouveau gouvernement.