La beauté de l’élection du ‘Fleet Owner of the Year’ c’est la diversité des dossiers qui y sont présentés. Petite flotte ou mégaparc automobile, voitures de haut standing ou véhicules de type ‘tools for the job’, sous-traitance à une société de leasing ou gestion en propre… On y retrouve de nombreux cas de figure qui reflètent finalement fidèlement le tissu économique luxembourgeois.  

La surprise fut toutefois de mise à l’issue de la délibération et du vote final du jury lorsqu’on vit s’afficher le nom de Thierry Thomas comme grand vainqueur de l’édition 2019. En effet, c’est la première fois qu’un gestionnaire de flotte est couronné pour un travail exclusivement axé sur des véhicules utilitaires.

Changer l’image / valoriser les collaborateurs

Bien connues des usagers du réseau luxembourgeois, les camionnettes du groupe SOCOM S.A. sillonnent toutes les routes du Grand-Duché pour se rendre sur les différents chantiers où des travaux électriques sont demandés. Depuis son entrée en fonction, Thierry Thomas s’est attelé à radicalement moderniser la manière dont la flotte était gérée. Fini les véhicules ternes, abîmés et vieillissants, ceux-ci ont, aujourd’hui, fait place à de nouveaux véhicules bien équipés et désormais remplacés tous les 36 mois via une formule de leasing. La gamme est devenue uniforme avec des véhicules bien entretenus et parfaitement taillés pour les rudes missions qui leur sont demandées. Outre une valorisation des conditions de travail des collaborateurs, cette nouvelle approche a permis de limiter au maximum le temps d’immobilisation des véhicules. Un paramètre essentiel dans la conduite des différents chantiers dans les délais impartis.

Via la signature d’une charte, chaque conducteur s’engage désormais personnellement à respecter le matériel roulant, ce qui a débouché sur une diminution des sinistres et des véhicules toujours en parfait état.

Grâce à une vision plus en phase avec les problématiques environnementales, le choix des motorisations va dans le sens d’une limitation de l’empreinte CO2. Des véhicules électriques de petit format sont d’ailleurs en service pour les responsables de projets et il ne faudra plus attendre longtemps pour que SOCOM s’équipe d’utilitaires électriques. Le covoiturage entre ouvriers est également organisé et omniprésent pour éviter tout kilomètre superflu.

Conquis par cette transformation à 360° pour un type de flotte réputé difficile à gérer, le jury a choisi de nommer Thierry Thomas ‘Fleet Owner of the Year 2019’. 

Thierry Thomas : « La mobilité de nos conducteurs est au centre de nos préoccupations, car nous ne pouvons pas nous permettre le moindre moment d’immobilisation ».

La flotte de SOCOM en quelques lignes

  • 114 voitures personnelles et 202 utilitaires légers
  • Tous les véhicules en leasing (36 mois / 105.000 km) auprès de 2 sociétés
  • Points forts :
    • Uniformité des véhicules
    • Accent sur la sécurité et l’empreinte environnementale
    • Responsabilisation + confort de vie des conducteurs
    • Image de marque de la société
    • Réduction drastique de l’immobilisation / mobilité garantie

Quatre finalistes :

Il y avait trois autres finalistes pour cet award. Dominique Laurent a remporté le prix spécial du jury (voir l’article) et, il y avait aussi deux candidates : Joelle Heyder (Citibank) et Aude-Emelyne Marasse (Securex).

Citibank : que de chemin accompli depuis 2012

Pour les routiniers du marché du fleet à Luxembourg, Joelle Heyder est loin d’être une inconnue. Cela fait maintenant presque 9 années qu’elle gère avec brio la flotte de véhicules des branches luxembourgeoise et belge de Citibank. Sa plus belle réalisation aura été de mettre en place des outils pour parfaitement maîtriser le TCO.

Posée, précise et parfaitement maître de son sujet, Joelle explique avec clarté au jury quelles ont été ses principales réalisations depuis son entrée en fonction comme gestionnaire de la flotte de Citibank. C’est clair que sa mission n’est pas toujours facile, car elle se retrouve quelque part prisonnière d’une ‘global policy’ qui lui laisse moins de liberté que celle dont dispose un gestionnaire purement local.

Un TCO sous contrôle et une simplification des procédures

Parmi les réalisations dont elle est la plus fière, Joelle pointe la standardisation d’un certain nombre de paramètres (durée du contrat, kilométrage, options de sécurité, liste de voitures présélectionnées) qui ont conduit à une énorme simplification de la gestion. Grâce à l’apport de ces nouveaux éléments, le TCO est désormais sous contrôle et les mauvaises surprises sur le plan économique ne sont plus d’actualité. Notre fleet manager a de surcroît négocié un service de pick-up avec le garage où achats et entretiens sont centralisés.

What’s next ? Joelle a des idées plein la tête. Notamment au niveau de la diminution des émissions de CO2. Son objectif est de convaincre le personnel de commander un maximum de véhicules électriques et PHEV dans les prochaines années. 50% de la flotte en électrique d’ici 3 ans est tout à fait envisageable selon ses dires. Il faudra alors sérieusement s’occuper de l’infrastructure de recharge.

Joelle Heyder a mis en place des procédures qui ont simplifié la gestion de la flotte tout en améliorant la maîtrise du Total Cost of Ownership.

La car/mobility policy de Citibank en quelques lignes

  • 30 voitures (1 hybride plug-in et deux full électriques)
  • Leasing opérationnel avec une société de leasing
  • 5 constructeurs représentés
  • Contrats carburant et assurances séparés du contrat de leasing
  • Points forts :
    • Standardisation des procédures
    • Parfaite maîtrise du TCO
    • Liste de véhicules présélectionnés
    • Options de sécurité très présentes
    • Services ‘extras’ négociés avec les garages
    • Grande expérience de la fleet manager

Securex : un potentiel vainqueur…

Il s’en est fallu d’un cheveu pour que Securex ne rafle la mise lors de cette élection. Complet et excessivement bien documenté, le dossier présenté par Aude-Emelyne Marasse constitue une véritable source d’inspiration pour toutes les sociétés à la recherche d’une solide stratégie de mobilité. Ce qu’il a manqué pour s’imposer, sans doute quelques mois de recul supplémentaires afin de disposer de résultats concrets sur la justesse des orientations prises.

Pour Aude-Emelyne, défendre son dossier devant notre jury composé de 17 éminents spécialistes du secteur du fleet et de la mobilité s’apparente déjà à une véritable victoire en soi. Peu à l’aise avec cet exercice, la jeune fleet manager de Securex a réussi l’épreuve avec mention ‘grande dis’.

Véritable plan pour une mobilité dynamique

Chiffres et exemples à l’appui, Aude-Emelyne a parfaitement expliqué son implication dans la mise en place d’une politique basée sur trois piliers : l’optimisation des coûts, l’attractivité HR pour la rétention du personnel et la réduction de l’empreinte environnementale. Parmi les lignes de force défendues par Securex, l’introduction d’un programme ‘Mobility Benefits’ qui ‘incentive’ les collaborateurs à choisir parmi un catalogue d’options de mobilité douce et partagée (vélo, trottinette, scooter, carpooling et home-working). Ces options existent en cohabitation – ou pas – avec une voiture de fonction. Le véhicule de société peut également être remplacé par une ‘allowance’, si souhaité par l’employé.

Chez Securex, chaque membre du personnel a le droit de donner son avis par rapport à la car/mobility policy. Ce qui permet à l’employeur de cerner au mieux les besoins et trouver le juste équilibre entre les contraintes économiques et stratégiques de la société.

Après seulement un an et demi passé dans la fonction, Aude-Emelyne a déjà engrangé de grandes satisfactions, mais elle a aussi des projets concrets plein ses cartons. Nous ne pouvons lui donner qu’un conseil, représenter son dossier l’an prochain, car il a un véritable potentiel de vainqueur.

Aude-Emelyne Marasse a présenté au jury un dossier innovant et parfaitement documenté basé sur une mobilité variée en fonction du profil de l’utilisateur.

La car/mobility policy de Securex en quelques lignes

  • 25 véhicules dont 1 plug-in hybride
  • 1 vélo de société
  • Leasing opérationnel avec 3 sociétés et 4 constructeurs représentés
  • Points forts :
    • Politique de mobilité très complète et flexible
    • Choix individuel donné au collaborateur
    • Diminution de l’empreinte environnementale
    • Communication personnalisée avec tous les collaborateurs
    • Responsabilisation des conducteurs
    • Énorme engagement personnel de la fleet manager