Le mardi 5 novembre dernier, au Parc Hotel Alvisse près du quartier du Kirchberg et non loin de la gare de Luxembourg, link2fleet a réuni un très beau casting pour son « fleet dating » sur la multimobilité. Gilles Caspar et Jean Schiltz, tous deux membres du gouvernement, l’un au Ministère de la Mobilité et des Travaux publics et l’autre au Ministère de l’Economie, sont venus présenter leurs dernières avancées en matière de multimodalité. De son côté, Sophie Mitchell, COO de Deloitte (l’un des plus grands employeurs au Luxembourg avec près de 2.360 collaborateurs), est venue décrire le récent déménagement de la société qui a permis de repenser complètement la mobilité des employés. Les trois acteurs étaient entourés par François Sprumont (Directeur de Movesion) et Sébastien Berthelot (CEO de Moovee), qui ont fait de la multimobilité leur cheval de bataille ! Pour représenter la Fédération de l’automobile et du cycle (Febiac), Guido Savi complétait le casting.

Beau sur papier mais souvent complexe à appliquer

Face aux experts, une vingtaine de fleet managers enthousiastes étaient très attentifs aux sujets avancés, en contrebalançant parfois même les propos des experts :

  • Gilles Caspar a mis en avant les nouvelles offres de transport en commun, encore trop faibles selon Sophie Mitchell et d’autres fleet managers présents.
  • Le covoiturage a également été largement abordé. Il nécessite des encouragements. Pour le promouvoir, le gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg a mis en place une plateforme en ligne : « Copilote ». Il s’agit d’un bon outil de base mais dans la pratique, il devra être amélioré rapidement.
  • Les vélos, trottinettes et voitures électriques continuent à poser question : assurances et utilisation pour les deux-roues, recharge pour les voitures ? Dans tous les cas, le réseau électrique ne permet pas d’accepter de trop nombreuses bornes au même endroit mais pourtant, l’offre de bornes doit – et va – encore se développer.
  • Si elles rejettent plus de 50 g/km de CO2, certaines voitures hybrides ne sont pas encouragées. Les nouveaux chiffres d’homologation WLTP, souvent, se montrent encore plus sévères. Pourtant, dès le 1er mars 2020 (et c’est un scoop !), l’avantage en nature forfaitaire des véhicules de société sera basé sur ces chiffres. La fiscalité reste d’ailleurs la plus grande préoccupation des fleet managers. Guido Savi, Public Affairs de la Febiac pour le Grand-Duché de Luxembourg, appelle à « un débat sérieux sur la fiscalité ».

Ces thématiques et bien d’autres encore, ainsi que la transformation des habitudes de mobilité au sein de l’entreprise Deloitte, seront développées dans le dossier multimobilité à retrouver dans notre magazine de décembre.

LIEN :

www.copilote.lu

Maxime Pasture