Aux USA et dans d’autres régions du monde, la Toyota Camry est synonyme de véritable success-story. Avec plus de 700.000 unités par an, elle reste la berline tricorps la plus vendue au monde. Chez nous, uniquement proposée avec la motorisation 2.5 hybride de dernière génération, elle va devoir faire oublier l’Avensis, qui disparaît du catalogue.

Certains coloris ne mettent pas en valeur ses lignes.

Consommation annoncée = conso réelle !

La Camry reprend donc le même groupe motopropulseur (2.5l essence de 177ch + moteur électrique) que le nouveau RAV4, d’une puissance totale de 218 chevaux. On rappelle ici qu’il s’agit d’hybride classique : les batteries se rechargent en roulant, via le moteur thermique ou encore grâce aux phases de freinage. Et on a constaté les progrès énormes de Toyota avec cette hybridation de dernière génération : la motorisation est beaucoup plus discrète en phase de fortes accélérations (tellement discrète qu’on entend des bruits de vent sur autoroute) et puis, selon le niveau de charge de la batterie, nous avons réussi à accélérer sagement de 0 à 60 km/h sans que le moteur essence intervienne. Cela permet de réduire considérablement la consommation ! Sur les routes côtières de notre essai en Croatie, nous avons réussi à atteindre 4,4l/100 km, soit ce que Toyota annonce avec la finition Premium (déjà équipée du Business pack avec jantes 18 pouces, antibrouillards avant à LED, système de navigation).

Ambiance zen avec le cuir, de bons matériaux, et un petit écran 8” à bord de la Camry.

La Camry sait recevoir

Pour le reste, bien que la tenue de route soit irréprochable grâce aux batteries logées sous la banquette arrière, la Camry invite à une conduite vraiment relax. Cela s’explique sûrement par l’ambiance très qualitative à bord, de la finition aux matériaux. Mais on se demande même si on apprécie pas le plus la Toyota Camry lorsqu’on prend place sur la banquette arrière. Même avec un grand chauffeur, l’espace aux jambes est royal ! De plus, avec l’Executive pack (climatisation 3 zones, sono JBL Premium, affichage tête haute, pare-soleil arrière et latéraux, etc.), les passagers arrière auront même droit à des dossiers inclinables électriquement. Bref, on a affaire à une voiture qui peut vraiment intéresser les taximen et les chauffeurs privés, surtout s’ils officient principalement en ville ! Seul petit bémol : aucune Camry Touring Sports n’a été annoncée alors qu’on le sait, la Belgique est un pays qui aime les breaks.

Fiche technique

Toyota Camry 2.5L Hybrid (218ch)