Il ne faut pas s’attendre à ce que Peugeot cloue le moteur thermique définitivement au pilori. Le constructeur français joue la carte de la prudence mais ouvre bien sûr la porte aux technologies alternatives. Outre les versions dotées d’un moteur thermique que nous traitons ici, une version totalement électrique fait son apparition. Avec sa batterie de 50 kWh, selon le cycle WLTP, elle devrait afficher une autonomie de 350 kilomètres.

Design séduisant

Depuis le lancement de la 205 en 1983, Peugeot a vendu plus de 20 millions de voitures dans le segment B. La majorité des ventes est à porter au crédit de la 205 (plus de 5 millions) et surtout la 206 (plus de 10 millions). Peugeot ambitionne de poursuivre sur sa lancée avec cette nouvelle 208. Et le design est fondamental pour y arriver. Le constructeur français l’a bien compris. La toute nouvelle Peugeot 208 séduit d’emblée avec son design affirmé et racé. Outre les proportions harmonieuses de la voiture, pointons des détails sympathiques comme les projecteurs avant expressifs et le bandeau noir qui relie les phares arrière. La 208 de la deuxième génération est uniquement proposée en cinq portes. Avec sa longueur de 4,05 mètres, elle est pas moins de 9 centimètres plus longue que sa devancière, la Peugeot 208, première génération. Et malgré cela, Peugeot a réussi à alléger le nouveau-venu.

Trois dimensions

Peugeot entend se distinguer de ses concurrents et reste, pour cette raison, fidèle à son i-cockpit avec des compteurs en position haute et un petit volant. C’est incontestablement original mais ce choix ne convainc pas tout le monde. Et ce n’est pas qu’une question de goût. Très vite, on en vient en effet à constater que le volant n’est réglable en hauteur que de façon limitée.

A partir du troisième niveau d’équipement (Allure), le compteur est digital et même 3 D. Le résultat est superbe et avec une touche high tech mais la lisibilité n’est pas nécessairement meilleure qu’avec des compteurs analogiques classiques.

La finition et l’habillage de l’habitacle sont d’excellente facture et le design de la planche de bord est très réussi. Le look en partie carbone, les commutateurs au milieu juste en-dessous de l’écran tactile et la manière dont le tableau de bord déborde sur les panneaux des portières.

Côté pratique

La nouvelle 208 est plus large et plus longue que sa devancière. Cependant

l’espace à l’arrière reste limité. En outre, les ouvertures des portes arrière sont très petites, ce qui complique la sortie et la montée à bord du véhicule. Le coffre a, quant à lui, pris du galon avec un volume de chargement de 311 litres lorsque le plancher est dans sa position la plus basse.

Même sur la version de base (Like), une radio avec écran tactile capacitif de 5″ complété par une connexion USB et Bluetooth est proposée. A partir du deuxième niveau d’équipement (Active), il y a un écran tactile de 7″ ainsi qu’un Mirror Screen (Apple CarPlay / MirrorLink).

Au volant

La 208 est la première Peugeot à être proposée à la fois avec un moteur thermique et une propulsion électrique. L’offre essence se compose d’un trois cylindres 1,2 litre de la série PureTech. La version atmosphérique ouvre le bal et malgré une puissance plutôt limitée de 75 ch, elle s’en sort très bien sur la route. Petit bémol: ce moteur est associé à une boîte manuelle à 5 rapports dotée d’un passage de rapports long et pas trop précis. La version turbo est particulièrement homogène avec ses 100 ch associés à une boîte manuelle à six rapports précise ou une excellente boîte automatique à huit rapports. Cette boîte automatique est de série sur la version la plus puissante de 130 ch. Un seul diesel reste en course, un moteur de 1,5 l développant 100 ch et associé à une boîte à six rapports.

Pendant l’essai dynamique, la 208 a laissé une impression très favorable. Les bruits parasitaires sont aux abonnés absents et la sonorité du moteur est parfaitement maîtrisée. C’est la suspension qui impressionne le plus. Elle absorbe parfaitement les irrégularités de la route et réagit avec assurance. La stabilité est parfaite, y compris dans les virages.

Bilan fleet

La nouvelle 208 est proposée en cinq niveaux d’équipements. La version de base (Like) n’est disponible qu’avec le moteur d’entrée de gamme, un bloc essence de 75 ch. La version la plus amusante est la GT Line. La version haut de gamme, baptisée GT, n’est proposée qu’avec un moteur électrique. Pas de trace par contre dans la gamme d’une GTi. Les temps ont clairement changé.

Pour le secteur fleet, la 1.5 HDi, la version diesel donc, reste attractive, pour les personnes qui parcourent un kilométrage important. Au cours de notre essai, nous avons noté une consommation de 5,4 l/100 km. Les émissions officielles de CO2 (NEDC2) de la voiture n’excèdent pas les 90 g/km. Les versions essence font également preuve de frugalité. Avec la version haut de gamme (130 ch), qui est dotée de série d’une boîte automatique de 8 rapports, nous avons réalisé une consommation de 6,2 l/100 km. Ses émissions de CO2 (NEDC2) s’élèvent à 107 g/km.      

PEUGEOT 208 FICHE TECHNIQUE  
Carburant  Diesel
Puissance 74 kW /100  ch
Couple maximum 250 Nm@ 1750 tr/min
Cylindrée 1499 cc
Poids 1126 kg
Volume du coffre 311
Capacité réservoir 40 litres
Consommation moyenne de l’essai 5,4 l/100 km
Emissions de CO2 90 g/km
Vitesse de pointe 188 km/h
AUTRES MOTEURS
Moteur Carburant  Puissance
1.2 Essence 75 ch
1.2 Essence 100 ch
1.2 Essence 130 ch
Electrique   136 ch