La nouvelle Mazda 3 fera bientôt son apparition dans le réseau de concessionnaires. Nous avons entretemps eu l’occasion d’essayer cette voiture compacte de classe moyenne dont les concurrents directs sont notamment la Volkswagen Golf, la Ford Focus, l’Opel Astra, la Renault Mégane et, ne l’oublions pas, la nouvelle Toyota Corolla.

Deux carrosseries

La nouvelle Mazda 3 est disponible en cinq portes et quatre portes. Les deux versions ont leur style propre, sachant que la hatchback dégage une impression de robustesse et la sedan est synonyme d’élégance. Seule la face avant avec sa grille expressive et ses phares élancés est identique. Quelle que soit la version que vous choisirez, le design de la voiture est caractérisé par une ligne épurée, appelée ‘kudo’ dans le jargon Mazda.Les flancs, par exemple, sont exempts de lignes de caractère et de fioritures.Cette pureté du design est plus affirmée sur la cinq portes qui dégage une posture très imposante, sensation encore renforcée par les très petites vitres latérales arrières. Le revers de la médaille est que ce design spectaculaire pénalise l’espace à bord, avec en plus un accès au véhicule peu aisé. La version quatre portes bénéficie d’un intérieur plus aéré, est plus élégante et semble moins ‘lourde’ de par sa ligne de toit fuyante et ses surfaces vitrées plus importantes. La quatre portes affiche, en outre, un meilleur aérodynamisme, ce qui se traduit par une valeur Cx plus basse. Côté pratique, relevons encore que la quatre portes a un plus grand coffre (450 litres) que la cinq portes (358 litres). Dans nos contrées, le break est encore particulièrement populaire sur le segment de gamme moyenne, mais cela n’a pas suffit à convaincre Mazda de développer une telle variante. Selon Kota Beppu, chef de projet, la Mazda 3 est une voiture ‘mondiale’, en ce compris surtout les Etats-Unis, la sedan est nettement plus stratégique et une version break n’était pas une option.

Plaisir de conduire

Par rapport aux planches de bord digitales les plus récentes notamment chez Mercedes et Volkswagen qui étaient truffées de boutons de réglage divers,la planche de bord de la Mazda 3 est une véritable bouffée d’air frais. Le combiné d’instruments se contente de trois cadrans ronds et de deux indicateurs et témoins. De cette façon, l’attention du conducteur est focalisée sur la conduite. Cette philosophie est confirmée aussi par la commande d’une molette sur la console centrale qui donne accès au système d’infodivertissement complété par un écran central avec fonction ‘split screen’. Les fonctions les plus courantes sont actionnables via des touches classiques parfaitement positionnées. Il y a cependant un point négatif. Les boutons de commande placées sur le volant sont dérangeantes, dans la mesure où elles sont difficilement lisibles.
L’intérieur a été conçu en fonction du bien-être et du plaisir du conducteur, comme en témoigne le pommeau de commande court qui sur la boîte manuelle se manipule avec aisance. Les mouvements sont courts et cette sensation fait penser à la MX-5.
Minimalisme est le message mais cela ne signifie pas pour autant que Mazda est en opposition avec la technologie de pointe. Au contraire, l’écran avec affichage tête haute est de série. A partir du deuxième niveau d’équipement, une détection de l’angle mort est aussi de série à l’avant.
Pendant la conduite, la Mazda 3 impressionne par son confort sonore, son comportement de conduite équilibré, les pédales facilement dosables, les sensations au volant et le plaisir de conduite pur qui donne incontestablement confiance. L’installation sonore disponible laisse aussi une très bonne impression. D’après Kota Beppu, cette qualité provient du soin qui a été accordé à la localisation des hauts-parleurs.

Deux moteurs

Pour l’instant, Mazda donne le choix entre deux moteurs. Ce qui frappe, c’est qu’il n’y a pas de trace de trois cylindres ou de moteurs à la cylindrée limitée. Le moteur essence (SkyActive- G) de 122 ch est un bloc deux litres sans turbo. Ce moteur est pourvu d’un système de désactivation des cylindres lorsque le moteur fonctionne à puissance réduite. Il y a aussi ce que Mazda appelle un système ‘M Hybrid. Ce système de microhybridation exploite la puissance électrique, qui est générée et stockée pendant un ralentissement dans une batterie Lithium-ion pour soutenir le moteur pendant les changements de vitesses et au démarrage. Cela permet en tout cas une conduite souple, mais ce quatre cylindres manque un peu de puissance à bas régime.
De ce fait, le 1,8 litre diesel (SkyActive D) de 116 ch mais qui développe un couple élevé à bas régime est plus agréable dans des conditions de circulation dense ou lors de reprises.Les deux moteurs sont équipés de série d’une boîte manuelle à six rapports et peuvent être, en option, associés à une dynamique boîte automatique à six rapports. Autre point fort de ce diesel: il satisfait aux normes Euro les plus sévères sans AdBleu.
A la fin de l’année, un troisième moteur va faire son apparition, le techniquement spectaculaire SkyActive-X, un moteur essence qui fait usage partiellement de l’auto-allumage, comme sur un diesel, et cette technologie devrait encore réduire la consommation et donc aussi les émissions de CO2 de 20%.

Bilan fleet

La Mazda 3 est une véritable bouffée d’air frais sur le segment des compactes de classe moyenne: design innovant, planche de bord épurée et très réussie, sensation de bien-être, confort sonore et comportement de conduite agréable sont les points forts de la nouvelle Mazda. Mais il y a aussi des points faibles. Dommage qu’un break ne figure pas au programme. Le coffre de la version cinq portes est étriqué. Les places arrière dans la cinq portes peuvent rendre claustrophobes et l’offre moteurs est limitée actuellement. C’est le bloc diesel qui est le plus séduisant qu’il soit associé à la boîte manuelle ou automatique sans oublier que ce même moteur diesel signe la consommation et les émissions de CO2 les plus basses. La version la plus intéressante nous semble être la Skydrive Business.

MAZDA 3 HATCHBACK 1.8 SKYACTIVE-D
FICHE TECHNIQUE
Carburant Diesel
Puissance 85 kW /116 ch
Couple maximum 270 Nm@ 1600-2600 tr/min
Cylindrée 1759 cc
Poids 1299 kg
Volume du coffre 358/1026 litres
Capacité du réservoir 64 litres
Consommation moyenne de l’essai 6,2 l/100 km
Emissions de CO2 107 g/km
Vitesse de pointe 194 km/h

AUTRES MOTEURS
Moteur Carburant Puissance
2.0 Essence 122 ch