La nouvelle smart fortwo répond à des normes de sécurité sévères, qui dépassent parfois de loin les exigences légales. La preuve en a récemment été apportée par un essai interne de collision avant décalée, face à une Mercedes-Benz Classe S. Le plus petit et le plus léger des deux véhicules, la smart, roulait à 50 km/h au moment de l’impact avec 50 pour cent de chevauchement. Résultat : l’habitacle de la smart est resté intact, avec d’excellentes chances de survie pour les occupants.

Globalement, la nouvelle smart fortwo a bénéficié du même programme de développement que – par exemple – les Mercedes-Benz Classe S ou C. Daimler possède 75 ans d’expérience de la sécurité, tandis que smart construit de petites voitures depuis 21 ans : cette expertise combinée est intégrée au concept de sécurité de la nouvelle génération smart.

« La cellule tridion, qui a déjà fait ses preuves, explique l’excellent comportement de la nouvelle smart en cas de collision. Elle absorbe efficacement l’énergie d’un impact frontal. À cette fin, les zones de froissement de la nouvelle smart ont été agrandies au maximum. La multiplicité des voies de contrainte permet une répartition homogène des forces sur la structure », explique le professeur Rodolfo Schöneburg, Head of Vehicle Safety de Mercedes-Benz Cars, à propos du bon résultat de l’essai. « L’utilisation d’aciers à ultra-haute résistance garantit la stabilité de la cellule passagers. Simultanément, les airbags et les ceintures de sécurité, dont le développement se poursuit, complètent la protection des occupants. L’airbag pour les genoux du conducteur, par exemple, fait partie de l’équipement de série. » Conformément à sa philosophie de sécurité « real-life safety », Mercedes-Benz teste depuis de nombreuses années la compatibilité de véhicules différents dans ce type d’essais de collision entre voitures. Généralement, les véhicules petits et légers sont désavantagés en raison du rapport de masse. Par exemple, un accident avec un véhicule plus lourd peut provoquer une décélération plus brutale, qui exerce davantage de forces sur les occupants.

C’est la raison pour laquelle la structure des grands véhicules Mercedes-Benz est conçue de manière à réduire les contraintes sur les petites voitures impliquées dans un accident, sans dégrader la protection de leurs propres occupants. « La Classe S, ajoute Schöneburg, contribue largement aux résultats favorables de cet essai de collision voiture-voiture. »