La route est ainsi équipée, au milieu de la voie de circulation, d’un rail à alimentation par contact. Les véhicules doivent donc être équipés d’un bras amovible qui se fixe sur les rails afin que l’énergie circule de manière électromagnétique, rechargeant ainsi leurs batteries alors même qu’ils roulent sur la route ! Il est courant de voir sur les autoroutes des endroits de charge d’électricité au sol, ici la nouveauté est que l’énergie circule par le sol en « direct ».

 

Bien entendu, en cas d’accident, un détecteur fixé dans le rail relève automatiquement le bras ce qui interrompt le contact.

 

Le but de eRoadArlanda ? Réduire de 80 à 90% des émissions de carbone et d’ici à 2030, avoir toutes les routes de Suède dotées de ces rails à patin. Ce premier tronçon de route de 2km va permettre de tester le processus pendant 2 ans et l’analyser, pour ensuite acquérir les connaissances nécessaires pour développer à terme une plateforme d’électrification de toutes les routes suédoises.

 

Les transports routiers représentent actuellement plus de 30 % des émissions de CO2 en Suède, selon les chiffres officiels. Avec ce système, la Suède ambitionne “d’être l’un des premiers pays développés sans énergies fossiles” dans les transports, a indiqué à l’AFP le ministre suédois des Infrastructures.

 

Pour cette phase de test, seuls les camions des services postaux de PostNord seront équipés pour être rechargés sur la eRoadArlanda.