Une autre bonne nouvelle ? C’est dans les crises les plus profondes que l’homme se réinvente le plus.

Quand cette crise sanitaire sera enfin sous contrôle, que retiendrons-nous ? 

Ceux qui nous gouvernent, un peu rassurés par les milliers de milliards libérés par les banques centrales, jurent qu’on ne les y prendra plus.  Priorité aux soins de santé, à la relocalisation des industries vitales,  à la revalorisation des métiers à vraie valeur ajoutée.  Pour le climat, on verra…

Et nous ? Allons-nous véritablement retenir les leçons pour aborder notre mobilité avec un regard vraiment nouveau ?

Voici, parmi d’autres, trois sujets intimement liés qui méritent une solide remise en question sur base de ce que le printemps 2020 nous a appris.

Le télétravail, bien sûr.  Combien d’entre nous n’ont-ils pas été surpris par l’efficacité d’une journée de travail à domicile, par une réunion entre collègues ou avec des clients via Skype ou autre Microsoft Teams ? Le manager qui a eu le sentiment de perdre le contrôle de ses troupes devra se remettre en question.

Nos déplacements, dès lors.  Cela a-t-il encore du sens de parcourir 50.000 km/an à une vitesse moyenne de 35 km/h ? Une fois pour toutes, le meilleur kilomètre n’est-il pas celui qu’on ne parcourt pas ?

Notre voiture, enfin.  Car on y tient ! L’électrique n’est sans doute pas la panacée.  Mais 400 km d’autonomie, avec des déplacements repensés, est-ce vraiment insuffisant ?

A voir…