Premier constat : en cette période inédite où beaucoup d’entre nous fonctionnent en télétravail, l’information spécifique et professionnelle reste particulièrement prisée. La preuve, près de 70 inscriptions ont été enregistrées et 80% des inscrits sont restés connectés durant l’ensemble de la session…

Echange de ‘best practices’

link2fleet s’était fixé pour objectif, via ce premier webinaire, de tirer un premier bilan à propos des impacts de la crise Covid-19 sur la gestion des voitures d’entreprise et de la mobilité au Grand-Duché. Mais à l’heure où le déconfinement progressif s’annonce, avec notamment l’ouverture des concessions ce lundi 11 mai, nous avons aussi tenté avec nos experts de savoir dans quel contexte allait se dérouler la relance de l’activité.

Concernant le format de ce webinaire, link2fleet a privilégié un échange de ‘best practices’ avec des  experts proposant chacun un angle de vue différent. Expérience du terrain avec Philippe Hanrion, gestionnaire des véhicules de la Croix Rouge ; éclairage juridique avec Maître Louis Berns du cabinet Arendt & Medernach et point de vue des fournisseurs avec Gerry Wagner, directeur général d’Arval mais aussi Président de mobiz. Pour vous mettre en appétit, voici quelques ‘take-aways’ que nous avons ressorti des différentes interventions et des questions posées dans la foulée par les participants. Nous reviendrons évidemment plus en profondeur sur les enseignements de ce webinar dans les prochains jours.

Philippe Hanrion, gestionnaire de la flotte automobile de la Croix-Rouge luxembourgeoise

  • Gestion peu impactée par la crise Covid-19 car la majorité des véhicules sont restés sur la route vu l’urgence sanitaire de la situation.
  • Primordial que tous les véhicules soient en parfait état de fonctionner à tout moment du jour et de la nuit.
  • Les concessionnaires et les sociétés de leasing et ont continué à proposer l’ensemble de leurs services vu le caractère ‘essentiel’ de notre flotte.
  • On s’attend à une forte diminution des coûts du carburant liés aux voitures de fonction étant donné une généralisation du télétravail.

Louis Berns, Partner chez Arendt & Medernach

  • Revoir les règles et les clauses du contrat au cas par cas si un des contractants n’est plus en mesure de remplir ses obligations contractuelles.
  • La notion de ‘force majeure’ ne sera pas l’élément miracle qui pourra permettre à un contractant de s’extraire de ses obligations contractuelles (livraison de voiture, prise de livraison de voiture ou paiement).
  • Les sociétés en difficulté ont toujours la possibilité de demander à la justice des délais de paiement pour les échéances liées au paiement des voitures. Il est toutefois toujours préférable de discuter d’abord avec le cocontractant afin de trouver un arrangement à l’amiable plutôt que de passer par une procédure judiciaire.
  • Pas d’incidence fiscale pour les frontaliers qui, suite à la crise Covid-19, ont été obligés de télétravailler au risque de dépasser le nombre de jours autorisés. Un accord a été trouvé avec les pays voisins pour neutraliser ces jours à domicile.

Gerry Wagner, directeur général d’Arval et président de mobiz

  • Les sociétés de leasing fonctionnent presque normalement depuis mi-mars. Seules les livraisons et reprises de véhicules ont été arrêtées.
  • Toutes les opérations ‘physiques’ ont été postposées sauf les interventions considérées comme essentielles.
  • La plupart des appels d’offres des clients sont reportés. Pas de visibilité sur les livraisons.
  • Prolongation des délais de paiement. Prolongation des contrats et réduction des kilométrages.
  • Homeworking : moins de kilomètres annuels mais pas de baisse attendue du nombre de voitures (transport en commun risque d’être boudé).
  • Baisse des valeurs résiduelles vu la chute du marché de l’occasion.
  • Les coûts de financement seront malheureusement impactés. Moins de risques prise par les banques.
  • Réforme fiscale en ‘stand by’ mais pas d’allègement fiscal attendu.