Mesure de distanciation sociale oblige, c’est via les systèmes modernes de téléconférence que link2fleet Luxembourg a réuni Arnaud Voisin (Directeur général de Renault Retail Group Luxembourg) et Frédéric Henry (Sales Team Leader chez Alphabet Luxembourg).

Le 16 mars, tous ont dû adapter brutalement leurs activités suite à la décision de gouvernement de mettre le pays en lockdown. « Nous sommes dans un métier qui nécessite de voir et de tester le produit avant de l’acheter », indique Arnaud Voisin. « Conséquence, nos activités vente de véhicules et livraisons sont quasiment à l’arrêt, tandis que les services après-vente fonctionnent à 10% de leur capacité. Les précisions apportées par le gouvernement le 7 avril ont permis de relancer certaines opérations considérées comme relevant de la sécurité. Cela se passe évidemment en respectant strictement les mesures sanitaires en vigueur dans le pays. Nous avons aussi mis en place une procédure garantissant une livraison de véhicule sans contact physique entre le client et le livreur. Afin de la maîtriser à 100%, nous ne la proposons que dans nos installations. »

Chez Alphabet, l’activité quotidienne a été un peu moins impactée comme le commente Frédéric Henry : « La partie opérationnelle des activités, qui comprend notamment la livraison ou la restitution des véhicules en fin de contrat, a effectivement été stoppée pour respecter les mesures sanitaires et de distanciation sociale. Par contre, toute la partie administrative et commerciale peut se poursuivre grâce à la mise en place généralisée du télétravail et des outils qui le permettent, ce qui représente au final 80% de notre activité. Nous devions poursuivre nos activités pour permettre à nos clients de continuer à travailler, principalement ceux qui effectuent des métiers essentiels. Les clients peuvent continuer à nous contacter via les processus informatiques habituels ou le téléphone. On se rend finalement compte que le télétravail fonctionne plutôt bien. »

Revers positif

S’il est en tout cas une certitude, c’est que le coronavirus aura permis la généralisation et l’apprentissage du télétravail. Avec des résultats plutôt convaincants pour certains. « Si la légalisation luxembourgeoise nous le permet, on devrait continuer à pouvoir travailler certains jours à domicile », plaide Frédéric Henry. « Pas en permanence car le contact direct avec les collègues et les clients reste importants. Mais nos collègues d’Alphabet dans certains autres pays le font déjà, alors pourquoi pas nous ?! Cela permettrait aussi de réduire l’encombrement des routes. Outre le télétravail, je pense aussi que cette situation va impliquer de nouvelles stratégies au sein des entreprises qui vont repenser leurs déplacements après la crise. ».

« Il y aura un après »

Et de reprise justement, il en est déjà question puisque le déconfinement progressif vient d’être amorcé. Chez Renault Retail Group, on s’attend à une reprise en force, « notamment en ce qui concerne l’après-vente pour tous les clients qui n’ont pas pu se déplacer pour faire entretenir, réparer ou changer les pneus de leur véhicule. L’activité de livraison va aussi tourner à plein régime puisque une partie des ventes du Festival n’ont pas encore pu être livrées. En fait, le déconfinement sera synonyme d’adaptation pour l’entreprise, ses collaborateurs et ses clients. »

« Au moment de la reprise, on devra gérer les fins de contrat et les livraisons qui ont été mis en stand-by durant cette période », poursuit Frédéric Henry. « Beaucoup de véhicules commandés durant l’autofestival sont arrivés et attendent d’être livrés. Ce sera notre priorité. Par contre, on ne sait pas exactement comment va reprendre l’activité de commande. Est-ce-que les clients vont mettre le focus sur la commande de nouveaux véhicules ou pas ? Ça reste la grande inconnue. »

Nos interlocuteurs s’accordent à dire qu’il y aura un ‘après covid19’ et que la reprise devra se faire de façon progressive afin d’éviter une nouvelle propagation du virus qui nous replongerait dans un lockdown après 3 ou 4 mois.

Reste que l’immobilisation momentanée de nombreuses voitures de société va permettre à nombre de clients de redéfinir les paramètres de leurs contrats de leasing car ils risquent bien d’être sous-kilométrés. Et cela va forcément impacter positivement leur TCO.

Car la reprise va forcément entrainer son lot d’économies pour permettre aux entreprises de se relever. Nos deux interlocuteurs s’accordent également sur un autre point : la priorité au moment de la sortie du confinement sera d’assurer à tous prix la sécurité et la santé de tous.