Maxus et MG ont tous deux une lointaine origine britannique mais sont désormais une valeur sûre au sein de la marque chinoise SAIC Motor. Comment le groupe Alcomotive va-t-il intégrer ces deux nouvelles marques sur les marchés belge et luxembourgeois, c’est ce qui nous a été présenté, juste avant la présentation presse de la MG ZS.

Catherine Free est la nouvelle directrice de MG au Belux : “Tout s’est passé très vite. Le contrat avec SAIC a été signé le 11 décembre de l’année dernière et à peine un mois plus tard, nous étions déjà au Salon de Bruxelles et 10 voitures avaient déjà été livrées par concessionnaire ou plutôt brandstore”.

De gauche à droite, Thijs Janssen (MD Maxus Belux), Bart Hendrickx (PR Maxus Belux), Catherine Free (Country Manager MG Belux) et Wim Doms (PR MG Belux).

MG et ses ‘brandstores’

Alcomotive a de grandes ambitions avec MG dans le Belux. Chaque année, le groupe veut introduire 1 000 voitures sur notre marché. Comment y arriver dans un marché automobile déjà saturé, intervient Catherine Free : “Nous travaillons avec ce que nous appelons des ‘brandstores’. Ils sont situés à Zaventem, Wavre, Anvers, Gand, Liège, Namur et Bruges. Il existe encore des possibilités d’expansion, notamment dans le Limbourg et la Campine. Alcomotive a bien sûr, une longue tradition dans la distribution automobile. Les MG seront par exemple présentes chez les concessionnaires qui représentent déjà une marque d’Alcomotive. On pense évidemment d’abord aux concessionnaires Hyundai. Cela permet un démarrage rapide. En outre, les ‘brandstore’ ont l’expertise et l’expérience dans le secteur en termes de vente et de service et après-vente”.

Pour l’instant, un seul modèle est prévu pour le Belux, le ZS. Il s’agit d’un modèle compact de type SUV à cinq portes qui est disponible en deux versions mais uniquement avec un moteur électrique. Le moteur électrique a une puissance de 105 kW et est alimenté par une batterie lithium-ion de 44,5 kWh. Selon le WLTP, cela permet une autonomie de 263 kilomètres. Le prix de départ est de 30,985 €, TVA comprise.

Catherine Free : “Pour une voiture électrique, c’est un prix compétitif, surtout quand on voit que la ZS est une voiture cinq portes pratique. Les appels de type SUV. Il en va de même pour la marque MG. Les gens sont curieux de savoir ce que représente MG aujourd’hui. Ils connaissent la marque du passé”.

Selon Catherine Free, le client ne doit pas s’inquiéter du service : “Les brandstores ont l’expérience des véhicules électriques grâce à Hyundai. Ils sont formés et certifiés pour cela”.

La gamme MG pour le Belux se compose d’un seul modèle. Pour un marchand ou un brandstore, c’est une maigre offre pour vivre. Mais comme ils proposent également une autre marque, comme Hyundai, MG est un atout bienvenu. À notre question de savoir si d’autres modèles seront ajoutés, Free répond : “Nous voulons nous concentrer sur la ZS en premier lieu. Peut-être l’offre sera-t-elle encore élargie avec un hybride. Ce qui est sûr, c’est qu’on va avoir un SUV de sept places”.

La MG est disponible au Royaume-Uni depuis un certain temps. Le continent suit maintenant avec d’abord les Pays-Bas, la Norvège et le Belux. Ensuite, c’est le tour de Paris et de la Pologne. Les MG qui apparaissent sur le marché du Belux sont construites par SAIC Motor en Chine.

L’expertise en matière de véhicules électriques est déjà présente chez de nombreux concessionnaires Alcomotive.

Maxus avec une gamme complète

SAIC Motor comporte plusieurs marques. MG est l’une d’entre elles. Une autre marque est Maxus qui offre une gamme de produits principalement utilitaires. Alcomotive est l’importateur de Maxus depuis la mi-2019. Thijs Janssen, le directeur général de Maxus Belux : “Nous avons choisi de nous concentrer sur l’EV80, la version électrique du V80. Cela nous a permis de répondre immédiatement au besoin d’une alimentation électrique des camionnettes à un moment où les fabricants traditionnels éprouvent des difficultés pour livrer des camionnettes électriques. Ces fourgons électriques sont particulièrement recherchés pour les services urbains et les entreprises qui travaillent sur le “last mile delivery”. La gamme sera élargie en avril avec le modèle “Deliver 9” à moteur diesel et en juillet avec le “e-Deliver 9″, une version électrique. Il existe également un e-Deliver 3 plus petit, de la taille d’un Nissan NV200. Enfin, le G50, un monovolume, est au programme. Pour les ventes, nous nous concentrons sur les concessionnaires de véhicules utilitaires, pour l’instant il y en a 16, dont les plus connus sont AGS, Devisch, Ebac et Moorkens Antwerp. Ces quatre entreprises ont généralement des concessionnaires différents, la plupart des Hyundai mais pas nécessairement. Pour les concessionnaires Hyundai, ces fourgons viendront dès que possible, d’autant plus que les H350 et H1 de Hyundai ne seront finalement plus disponibles. Grâce à leur expérience avec Hyundai, ils sont également en mesure d’assurer le service et l’entretien des véhicules électriques”.

Maxus a une longue histoire. Il provient en fait de LDV, qui signifie Leyland-DAF-Vans. La production a été réalisée à l’origine dans la ville britannique de Birmingham. La LDV a d’abord été reprise par Daewoo. Après l’échec de Daewoo, il est devenu la propriété de la GAZ russe et a finalement été confié au chinois SAIC en 2008. La production s’est déplacée de façon permanente vers la Chine et SAIC n’a pas ménagé ses efforts pour développer une gamme complète entre-temps.

La ZS en version électrique est pour l’instant le seul modèle de MG au Belux.

SAIC, l’inconnu

SAIC Motor est le fil rouge dans la remise sur pied de MG et Maxus. Chez nous, en Europe, SAIC est inconnu, à tort. En 30 ans, l’entreprise chinoise a évolué sur le plan mondial et se hisse parmi les 7 plus grands constructeurs avec une production annuelle qui flirte avec les 7 millions de véhicules. SAIC qui signifie Shanghai Automotive Industry Corportation est une entreprise d’état à 75%, autrement dit, elle appartient à ¾ à la ville de Shanghai. SAIC a une longue histoire dans la production de machines de toutes sortes. La production de voitures a été lancée dans les années 50, avec un seul modèle, le SH760 qui faisait fortement penser à une Mercedes de cette époque. La véritable percée a eu lieu grâce à la joint-venture avec Volkswagen (1985) et la production de la Santana. Ensuite, la marque a scellé d’autres joint-ventures avec General Motors (1998) et Iveco. C’est ce qui a permis à SAIC d’acquérir du knowhow et de lancer le développement de ses propres modèles. SAIC a aussi acheté les droits de la Rover 75, qui a ensuite été produite et vendue en Chine sous le nom Roewe. Le nom Rover ne pouvant plus être utilisé puisqu’il avait été racheté par Ford. SAIC dispose donc également des droits de l’autre marque britannique, MG. Pour ses utilitaires, SAIC a acheté Maxus. Voilà une marque qui devrait continuer à se faire remarquer à l’avenir.