Ce lundi 20 janvier, la Fédération des Garagistes du Grand-Duché de Luxembourg « FEGARLUX » conjointement avec l’Association des Distributeurs Automobiles Luxembourgeois « ADAL » organisaient leur réception afin de présenter les lignes directrices de la 50ème de l’Autofestival. Comme chacun le sait, c’est en parcourant les nombreuses concessions du pays que le public pourra découvrir l’ensemble des offres orchestrées exclusivement pour l’occasion.

Ernest-Pirsch

Lors de son allocution, le Président de la FEGARLUX, Ernest Pirsch, précisa d’emblée les dates du festival qui aura lieu du 1er au 10 février 2014. Pour plus de précisions, ce n’est pas moins de 120 garages qui ouvriront leurs portes en semaine mais également le week-end. C’est en présence de monsieur le Ministre François Bausch que fût organisée cette soirée, preuve comme le rappelle, monsieur Pirsch, du soutien par le Gouvernement, du secteur de l’automobile, avec ses 253 entreprises et ses 5064 salariés.

Vue-d'ensemble

Grâce à l’Autofestival et à ses nombreuses actions promotionnelles, pas moins d’un tiers des ventes annuelles de nouvelles voitures est réalisé lors des deux premiers mois de l’année. Au Président de la FEGARLUX de commenter l’origine et l’organisation d’un deuxième évènement important pour le secteur : « l’Auto Occasiouns Festival » qui, sous sa forme actuelle, est devenu l’évènement incontournable du pays depuis 2012.

Armand-Biberich

A ce propos, monsieur Armand Biberich, Directeur SNCT est intervenu afin de présenter les dernières statistiques du marché, où nous pouvions constater clairement la hausse importante du marché de l’occasion qui, depuis 2012, a même dépassé le nombre d’immatriculations des voitures neuves. En 2012, celui-ci était de 50 398 sur l’année contre 46 624 en 2013 accusant ainsi un recul de près de 7 ,5%. Il n’en va effectivement pas de même pour le marché de l’occasion dont le nombre d’immatriculations annuelles passe de 51 111 en 2012 à 53 333 en 2013, démontrant une croissance de 4,3%.

Ed-Goedert

Ce fût au nouveau président de l’ADAL, Ed Goedert, de prendre la parole. Celui-ci ne manquera pas de remercier ses prédécesseurs Michel Braquet et Justin Mangen, avant de présenter ses nouveaux collègues administrateurs, le nouveau Vice-Président Benji Kontz et le conseiller de la CLC monsieur Alain Petry. La problématique engendrée par la période de crise a largement été fustigée lors de son allocution, relatant entre autres choses les directives de l’Union Européenne, reléguant les distributeurs, je cite « au rang de vassales modernes à la merci des constructeurs ». L’objectif du nouveau Président est donc très clair : regarder de l’avant et défendre becs et ongles un marché porté par la passion de ses acteurs.

Le-Ministre

Puis, c’est au Ministre François Bausch que s’adresse Ed Goedert souhaitant le rendre encore plus attentif au fait que le changement d’habitudes en termes de mobilité ne passe pas forcément par la suppression de l’utilisation de l’automobile. Enfin, l’accent fût mis sur la protection du marché luxembourgeois et la volonté de recentrer les achats vers le pays.

Pour clôturer cette soirée d’informations, monsieur le Ministre François Bausch fit le point sur le souhait de progresser en faveur de l’environnement, mettant l’accent sur les primes octroyées pour la mobilité électrique, mais aussi sur le développement des transports en commun et autres moyens permettant d’améliorer la situation sur le plan écologique.

Nous retiendrons finalement les nombreuses informations chiffrées présentées par monsieur Armand Biberich, Directeur SNCT qui se traduisent en résumé par les éléments suivants. En 12 ans (2001-2013), le parc automobile luxembourgeois a évolué ainsi de 31,5%. De ce chiffre, nous pouvons extraire les véhicules utilitaires légers (camionnettes) dont le nombre en 2013 est de 27635 unités (croissance de 67%). En termes de nouvelles immatriculations réparties par type de carburant, le Diesel se taille encore la part belle avec 73,4% alors que l’Essence se positionne à 25,4% (+3% vs 2012). L’Hybride et les motorisations électriques restent faibles avec respectivement une part de 0,8% et 0,3%. Elément important, le taux d’émission moyen des voitures a fortement chuté passant de 197gr par km en 1995 à 134,7 gr de CO2 par km en 2013 (-46%).