Quelle est votre impression par rapport à cette baisse de ventes de voitures neuves en août?

‘Je pense qu’il ne faut pas dramatiser. Quand, on compare les chiffres des nouvelles immatriculations de mois en mois d’années en années, on observe régulièrement des différences. Si par exemple, un grand compte reçoit 200 véhicules en moins par rapport à la même période l’année précédente, forcément, il y a une différence sur le total. Je pense que l’explication principale est à trouver chez les concessionnaires qui avec plus de véhicules dans leurs stocks ont permis aux clients de recevoir leurs véhicules avant le mois d’août.’

Au niveau des ventes de véhicules électriques, on remarque qu’il y a une hausse par rapport à 2018 avec déjà 626 à fin juillet contre 430 sur l’ensemble de l’année 2018. Quelle est votre explication ?

‘L’offre des constructeurs ne fait que grandir. Et puis, il y a le système de primes à l’achat mis en place au début de l’année par le gouvernement pour n’importe quel véhicule électrique neuf. Avec ces deux informations, je pense qu’il y aura de plus en plus de véhicules électriques dans notre pays dans les années à venir.’

Depuis 2015, les chiffres des nouvelles immatriculations de voitures neuves au Grand-Duché ne font qu’augmenter. Pensez-vous que cette tendance va se poursuivre ?

‘Nous sommes dans un pays où, il y a toujours eu une certaine stabilité au niveau des nouvelles immatriculations même lorsque le climat social n’était pas au beau fixe en Europe. Le Grand-Duché a la chance d’être dans une belle dynamique avec le nombre d’emplois et la population qui ne font qu’augmenter. Le marché de l’automobile dans notre pays a donc, je pense encore de belles années devant lui.’