Ultimate Ads Manager

L’ACL et la proposition d’une meilleure mobilité

L’Automobile Club du Luxembourg a en effet des propositions et des interrogations orientées vers la future direction du pays.

C’est une politique de mobilité “globale et intelligente” qui est mise à l’honneur dans les revendications effectuées par l’ACL à l’approche des élections de cette année. En effet, l’ACL se charge avant les élections legislatives d’interpeller les partis politiques par rapport à la mobilité, les coûts de celle-ci ou bien la sécurité routière, dans le but que les partis prennent position sur ces sujets.

 

Des rencontres ont été organisées cette année avec les représentants des différents partis, et un constat commun semble faire son apparition: il n’existe pas d’infrastructures suffisantes pour accueillir un flux de personnes sans cesse grandissant. L’ACL souhaiterait faire réflechir les partis concernant des propositions comme “l’extension à trois voies de certains tronçons autoroutiers, la réalisation de contournements indispensables” ou encore “l’information en temps réel des usagers de la route”.

 

Que ce soit pour l’économie ou les individus prenant la route, l’ACL juge qu’une mobilité ralentie induit des coûts supplémentaires important, et que contrairement à des impôts touchant directement le véhicule des personnes concernées, des taxes supplémentaires ou des interdictions de circuler seraient injustes envers les conducteurs et ménages moins privilégiés. La mobilité partagée ainsi que la multi-modalité pourraient faire partie de la solution.

 

Ainsi, l’ACL recommande l’adoption d’un poste de “Mobility Manager” en entreprise, qui pourrait conseiller les employés sur le mode de transport le plus adapté à leurs besoins. C’est en collaborant avec l’Université de Luxembourg que cette recommandation a vu le jour.

 

Si la question de la mobilité est importante, la sécurité routière n’en est pas moins préoccupante. L’ACL souhaite établir une mobilité “sûre et durable” en collaboration avec les futurs dirigeants du territoire, ainsi la modification des infrastructures, une éducation et des formations plus poussées en complément d’une sensibilisation plus poussée seraient nécessaires à la réduction du taux d’accident sur les routes.

 

L’ACL a également pris contact avec le Ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch, afin de connaître la liste des priorités par rapport à certains projets comme le futur de l’A6 concernant la frontière belge.

 

See more posts