Essai Skoda Karoq: futur best-seller des flottes?

Pour remplacer le Yeti, Skoda a décidé de revoir totalement sa copie. Nouveau nom, nouveau format, nouveau design, mais surtout un modèle bien plus en adéquation avec les derniers produits de la gamme. Le nouveau Karoq – c’est son nom – se profile plutôt comme un mini Kodiaq. Avec l’avantage d’afficher des statistiques de CO2 plus en phase avec les car-policies.

Fini le Yeti et son look mi-camionette, mi-monospace, le Karoq se présente désormais sous la forme d’un ‘petit’ SUV. Visuellement, il ne peut nier sa filiation avec le grand frère Kodiaq. Faces avant et arrière très semblables, à l’exception des optiques qui ont été redessinées. C’est par contre au niveau de ses dimensions que le nouveau venu se démarque : 4,38 m de long (contre 4,70 m pour le Kodiaq) et un volume de coffre de 521 litres (720 pour le grand frère). Sur ce point, c’est plutôt du côté du cousin Seat Ateca qu’il faut aller chercher le lien de parenté puisque celui-ci affiche 4,36 m de long et un coffre de 510 litres.

Si le petit SUV de Skoda n’offre que 5 places (contre 7 sur le Kodiaq), il n’en reste pas moins très modulable puisqu’il propose en option le système Varioflex – déjà vu le Yeti – qui permet de retirer en quelques tours de bras les sièges arrière pour profiter d’un espace de chargement élargi à 1810 litres.

Equipements d’un niveau supérieur

A l’intérieur, Skoda fait très bien. Si le Karoq emprunte quelques éléments à d’autres modèles de la gamme, le dessin de la planche de bord est unique, l’ergonomie est excellente, tout comme la qualité des matériaux et l’assemblage, sans oublier les petits rangements parsemés un peu partout et les fameux éléments « simply clever » qui facilitent la vie à bord. Même bilan positif du côté des équipements puisqu’on trouve une panoplie impressionnante d’aides à la conduite et de technologies. Citons par exemple la recharge de smartphone par induction, la connectivité MirrorLink/Apple CarPlay et Andoïd Auto, la suspension dynamique, un système de commandes gestuelles, l’aide active au parking, le système de maintien dans la voie ou encore l’assistant de conduite en embouteillage.

Et sur la route ?

Là aussi, le petit Suv de Skoda réussit l’examen haut la main. Rayon de braquage extrêmement court, suspension excellente, direction réactive, confort remarquable et insonorisation parfaitement maîtrisée. Le Karoq se révèle être un excellent routier qui privilégie le confort au dynamisme. Côté consommation, le 1.0 TSi de 115 ch a affiché 6,2 litres/100 km lors de notre essai, tandis que le 2.0 TDI (140 ch) en version 4 roues motrices affichait 6,4 l/100 km à la fin de notre parcours sur les routes sinueuses de Sicile.